Entretien ◊ D::Light, la console lumière qui tient dans la poche

dlight

Non, D::Light n’est pas un code html. Ce n’est pas non plus une marque de luminaires ou un programme diététique. D::Light, c’est une console en phase avec sa génération, qui bouleverse des choses dans l’univers de la régie. Nous avons demandé à son créateur, Nicolas Bats, de nous en dire plus…

i&m – Qu’est-ce que D::Light ?

Nicolas – D::Light est avant tout une solution informatique de diffusion de lumière de spectacle vivant et, bien qu’à l’origine orienté pour une utilisation de type théâtre, je le développe aujourd’hui également pour une utilisation des projecteurs automatisés et donc pour du concert.

i&m – Pourquoi ce nom ?

Nicolas – Textuellement c’est le D de DMX, le protocole de transport des données qu’on utilise en lumière. Les :: sont une expression idiomatique du language informatique que j’utilise.

i&m – D’où vient l’idée de développer un logiciel spécifique ?

Nicolas – Back in the days [au bon vieux temps, ndlr], il n’y avait pas de solution simple et efficace pour les personnes qui tournent des spectacles… c’était au régisseur d’adapter la conduite lumière au machines présentes dans les lieux.

J’ai voulu D::Light comme un outil permettant aux régisseurs de tirer pleinement parti de leur console et ce, quel que soit l’endroit où ils doivent produire le spectacle. 

i&m – D::Light, c’est pour qui ?

Nicolas – D::Light, je l’ai avant tout construit pour moi. Je suis régisseur et j’ai voulu imaginer une solution qui réponde à ces problématiques de terrain que je connaissais bien.

Nicolas Bats © Marielle Rossignol 2013

i&m – 3 raisons d’abandonner la console classique pour choisir D::Light ?

La première, c’est que le logiciel est développé par « quelqu’un du métier ». La deuxième serait la synthèse ergonomie/coût/encombrement. Et pour finir j’ajouterai le support actif de la communauté à travers le site web et les outils déployés.

i&m – En quoi D::Light change-t-il les manières de travailler ?

Nicolas – Le logiciel répond avant tout aux exigences du plateau en terme de temps de travail, c’est à dire que tout l’écosystème technologique mis en oeuvre autour de D::Light (notamment la télécommande sur smartphone) tend à ce que les temps techniques incompressibles ne soient plus un calvaire pour le régisseur lumière.

i&m – En quoi D::Light est-il un logiciel innovant ?

Nicolas – Il profite de la force de la communauté : il évolue constamment en fonction des retours de ses utilisateurs et c’est en partie ce qui fait sa force.

i&m – D::Light, c’est gratuit ?

Nicolas – Non, les utilisateurs peuvent prendre un abonnement au mois ou à l’année.

i&m – Peux-tu nous montrer D::Light en action ? 

Nicolas – Venez voir la prochaine tournée de Camille !

i&m – Quelle expérience lumière complètement folle partagerais-tu avec nous ?

Nicolas – Le quadrotor show imaginé par Jonathan Santana & Xander Smith, Saatchi & Saatchi. J’aime beaucoup l’idée d’autonomie de ce système.

i&m – Pour finir, quelle anecdote « fun » d’utilisateur D::Light partagerais-tu avec nous ?

Nicolas – Un jour j’ai vu Didier Wampas remonter tout le gradin en slammant jusqu’à la table de régie et j’ai juste eu le temps de sortir l’ordi avant qu’il ne le piétine…. heureusement que c’était un ordinateur portable ! 🙂

FORMATION

Nicolas Bats anime la formation « Concevoir et diffuser une conduite lumière avec D::Light » du 21 au 23 mars 2017 à Poitiers

Formation D::Light © Marielle Rossignol 2013

En savoir plus

NICOLAS BATS

Nicolas Bats est éclairagiste et régisseur lumière pour le théâtre. Il est aussi le créateur du logiciel D::Light.

Visiter le site de D::Light

 

A propos

Marielle ROSSIGNOL
Marielle ROSSIGNOL

Marielle Rossignol est chargée de communication de la coopérative illusion & macadam. Ses sujets de prédilection sont : la communication Web, le community management, le crowdfunding. Elle accompagne également des porteurs de projets dans la réussite de leurs campagnes de financement participatif, en lien avec KissKissBankBank.

Laisser un commentaire