Entrepreneurs incubez-vous !

Les incubateurs d’entreprises ont le vent en poupe. Mais incuber ça veut dire quoi ? Sophomores fait le point et ouvre sa tribune à un futur incubateur dédié au culturel.

L'immeuble situe 71 quai Perrache, marche de gros (photo realisee dans le cadre de la mission architectures nouvelles et patrimoine bati 2011-2012)
L’hôtel71, le futur incubateur culturel à Lyon – Photo : Aurélie Leplatre – SPL Lyon Confluence

Qu’est ce qu’un incubateur ?

Un incubateur est un lieu d’accueil et d’accompagnement de porteurs de projet de création d’entreprises innovantes. Il peut être public ou privé. Son objectif ? Transformer une idée innovante en entreprise performante. Comment ? Grâce à la mise à disposition de compétences et d’outils indispensables au succès et à la croissance d’une entreprise. L’accompagnement met l’accent sur la formation à l’entrepreneuriat, la mise en réseau aux partenaires, les modalités de recherche de financement, le ciblage du marché, l’élaboration du modèle économique et même le prêt de bureaux… Véritable lieu de rencontre entre entrepreneurs, l’incubateur est un coach de l’entrepreneuriat. Toujours à vos côtés mais seulement sur une période donnée, l’incubateur est devenu un passage obligé pour jeunes entrepreneurs en herbe. Pour  intégrer le temple sacré, les startupers doivent candidater pour être sélectionnés, après une consultation de leur projet. A noter que certains incubateurs ont des “spécialités” : le tourisme pour Welcome city lab à Paris, le web et les logiciels pour The Family, le domaine artistique pour le Centquatre ou l’Hôtel71 à Lyon, le numérique à la Halle Freyssinet à Paris, etc.

_

Rencontre avec Vincent Carry, directeur de l’association Arty Farty, qui lance pour début 2017 un incubateur culturel : l’Hôtel71.

Photo : Brice Robert
Photo : Brice Robert

Questions pour un incubateur

Sophomores : Quels modèles européens ou internationaux vous inspirent ?

Vincent Carry : Le projet Hôtel71 est d’abord né de l’observation de Creatis à Paris et de son succès. Mais nous avons depuis longtemps en ligne de mire un certain nombre de « creative hubs » européens, par exemple The Whisky Bond à Glasgow, Nova Iskra à Belgrade, le réseau des Creative Hubs Addict à Porto,Warsaw Creative Huben Pologne, l’AMI à Marseille…

Sopho. : Quelle a été le déclic pour la création de l’Hôtel71 ?

VC : Le constat que beaucoup de projets culturels ou industries créatives de Lyon faisaient le choix de quitter notre territoire pour aller choisir un incubateur à Paris ou ailleurs en Europe. Il nous a paru évident que non seulement notre territoire avait le potentiel pour garder ses projets et les accompagner, mais aussi qu’il avait l’attractivité suffisante pour en faire venir d’autres, de France et d’Europe notamment.

L’hôtel 71, le futur incubateur culturel à Lyon Photo : Aurélie Leplatre - SPL Lyon Confluence
L’hôtel 71, le futur incubateur culturel à Lyon – Photo : Aurélie Leplatre – SPL Lyon Confluence

Sopho. : Comment fonctionnera l’incubateur ?

VC : D’abord, Hôtel71 est un Creative Hub qui dispose – entre autres – d’une fonction incubation. Il sera piloté par Arty Farty et réunira 5 fonctions :

  • un coeur de structures pérennes (avec notamment Arty Farty, Culture Next et Kiss Kiss Bank Bank, plus un projet de radio sur lequel nous travaillons activement !),
  • une fonction incubation avec 15 structures,
  • un espace de co-working,
  • un lieu pour les petits événements (conférences de presse, lancements de projets, petites formes artistiques…)
  • deux structures incubées avec un statut particulier – une fonction de convivialité essentielle : une cantine et un caviste.

Sopho. : Quelle sont les forces de votre structure ?

VC : Avant tout, la qualité et la diversité des talents de son équipe, son indépendance et son intégrité. Ensuite, la qualité de son réseau, sa légitimité culturelle, son caractère fédérateur, ses qualités de direction artistique.

Enfin, le fait d’avoir construit un écosystème en forme de boîte à outils qui nous permet aujourd’hui d’être pertinent et réactif sur de nombreux projets. Nous avons à la maison des lieux culturels, une structure de booking, du management, des événements, festivals et forums, bientôt un creative hub…

Sopho. : Quelles sont les qualités de l’entrepreneur du futur ?

VC : Les mêmes que celles de l’entrepreneur d’aujourd’hui ! L’écoute, le dialogue, les convictions, l’engagement, le volontarisme.

Sopho. : Quel(s) projet(s) innovant(s) & culturels retiennent en ce moment toute votre attention ?

VC : Il y en assez peu qui m’interpellent de façon tranchée. En tout cas pas dans le domaine de l’innovation technologique pure, ni même du côté des start-ups qui travaillent sur les nouveaux usages car les protocoles de renouvellement sont finalement déjà assez standardisés dans la « société numérique ». De nombreuses start-up appliquent déjà des recettes éprouvées. En revanche, dans le domaine culturel pur, je suis bluffé par le courage et l’engagement de nombreux porteurs de projets, notamment en Europe, qui se battent en tant qu’ « entrepreneurs culturels » avec tous les vents de face : disparition des financements publics, accélération des fractures sociales, crise économique et donc durcissement des relations avec le monde des entreprises, du sponsoring, du mécénat, disparition des interfaces de prescription et notamment appauvrissement du niveau des médias culturels, durcissement des législations relatives à la gestion du public au sens large, complexification administrative croissante, etc… En France, être un entrepreneur culturel conscient et engagé en 2015, est un sacerdoce. Sur d’autres territoires encore plus complexes (je pense au Maghreb, à la Grèce ou à certains pays de l’Est), c’est carrément héroïque.

_

#Bonus : Startuper qui est-il ?

Découvrez son profil via une infographie réalisée par l’accélérateur* Le Camping.

A propos

Anne-Charlotte Eriau
Anne-Charlotte Eriau

Anne-Charlotte Eriau est chargée de développement pour illusion & macadam. Elle travaille notamment sur un projet qui trempe dans la bière, la food tech & l’entrepreuneuriat. Parallèlement, elle est chargée de communication & journaliste freelance. Passionnée par l’événementiel, elle organise régulièrement des animations créatives avec son agence “Say Cheese”.

Laisser un commentaire