À 100 % pour la transmission

Portrait d'Yves Bommenel, Vice-président du festival Tropisme, en charge des partenariats Photo © Margot Valeur

Yves Bommenel aka Bobie est l’un des fondateurs du projet collectif “Le 100%”, l’ancêtre du festival Tropisme.

L’image du directeur qui se prend trop au sérieux, ça ne lui plaît pas. La casquette soviétique façon carnaval c’est pour dire “Je suis un ancien dans le métier mais je ne suis pas dupe. Il faut savoir se remettre en question.” Tropisme est une rupture dans la continuité. Une rupture administrative et méthologique. Une continuité dans l’esprit, dans la volonté de transmettre, de diffusion, de parler des mutations.

Sébastien Paule, Vincent Cavaroc, Jordi Castellano, Philippe Machemehl… Tous ces noms qui figurent au générique de l’organisation de Tropisme ont fait partie des débuts du 100%. Bobie, lui, a toujours voulu impulser des projets collectifs. “C’est une grande chance d’avoir fait partie de l’aventure et de passer le relais. Ce festival n’était pas le mien. Je laisse la place.” Et ce principe de “turn over” fait partie intégrante de la mentalité de Tropisme.

Les objets choisis
Le mégaphone, Bobie l’a choisi pour symboliser la voix qui porte plus loin, le côté relationnel et public de son métier.
La caméra, c’est lui, son intimité. Le poète vidéaste interrogeant notre rapport au film et participant ainsi à la grande révolution audiovisuelle.

Portrait d'Yves Bommenel, Vice-président du festival Tropisme, en charge des partenariats Photo © Margot Valeur
Yves Bommenel, Vice-président du festival Tropisme, en charge des partenariats
Photo © Margot Valeur

Photos réalisées avec les objets de Studio public, Who are you ?

A propos

Margot VALEUR
Margot VALEUR

Margot Valeur est chargée de communication pour le festival Tropisme. Ses études littéraires l’ont conduite à l’École Supérieure de Journalisme de Montpellier, où elle obtient un certificat de compétence à la presse écrite. Pendant ses études, elle sent que la photographie est un complément sensible à l’écriture. Depuis elle pratique photo et journalisme de manière complémentaire et indépendante. En parallèle, Margot Valeur travaille en tant que chargée de projets et de communication dans des structures culturelles. Pendant quatre ans, elle a été chargée de projets au sein du festival de photographie documentaire, ImageSingulières, et a participé à la mise en place de la Maison de l'Image Documentaire à Sète. Pour Mu, Margot Valeur écrit des articles d'actualité, des portraits et des interviews.